Robin Pla : « l’utilisation des données chez les entraîneurs est encore rare »

Digitalisation FFN

INTERVIEW AVEC ROBIN PLA, RESPONSABLE SCIENTIFIQUE FFN ET CONSEILLER TECHNIQUE NATIONAL.

interview Digitalisation fédérations

Quelle est la conjoncture actuelle autour de la FFNATATION, notamment post covid ?

De manière générale, le COVID a eu évidemment une influence négative sur le renouvellement des licences. Chez les plus jeunes, notamment où l’absence totale de compétition couplée à peu ou pas d’entraînement dû à une fermeture des bassins a été préjudiciable. La progression sportive générale aussi a été freinée par ces mesures exceptionnelles. 

Dans le cadre de vos activités de directeur scientifique, travaillez-vous avec du traitement de données sportives pour améliorer les performances des nageurs ?

L’exploitation des données de nos athlètes est centrale dans le travail que je mène avec les nageurs. Dans le cadre de l’analyse de la performance de manière générale, ces données mettent en exergue l’état de forme et induisent les stratégies de récupération.

Ces démarches ne sont pas légion dans le milieu : la digitalisation chez les entraîneurs est encore balbutiante et l’approche de l’entraînement via ces outils est encore rare dans le milieu de la natation.

Concrètement, avec quels outils travaillez-vous ?

La Fédération française de Natation (FFN) peut compter sur un archivage de plus de 10 millions de résultats exploitables. Le système de gestion de l’information est stable, mais requiert un certain niveau d’expertise pour utiliser ces données provenant de sources et de bases différentes. Notre logiciel Extranat conçu avec le laboratoire IRMES basé à l’INSEP qui nous permet à nous, CTN, de travailler avec ces outils de traitement de données pour la perf. 

Parallèlement, un Plan DATA au sein de la fédération est à l’étude pour faciliter la collecte et l’analyse des données et la rendre accessible au plus grand nombre.

D’un point de vue stratégique, comment circulent les informations autour des données entre les différents acteurs du monde sportif ?

La multiplicité des acteurs gravitant autour des nageurs (entraîneurs, INSEP, Fédérations…) ayant chacun leurs propres systèmes d’analyses complexifie le travail. Nous devons travailler sur une fluidification des transmissions d’informations entre les différentes parties prenantes y compris au sein de la fédération. 

La FFN compte environ 60 employés, y a-t-il un ou plusieurs référents qui gère les problématiques et enjeux liés au digital ?

Nous avons un responsable des SI (système d’information), en interne qui est entièrement dédié uniquement au sujet data/numérique/ digital et diffusion de l’information.

Actuellement, comment la FFN gère informatiquement ses compétitions fédérales ?

Tout est géré depuis notre logiciel EXTRANAT qui modélise les compétitions, ajoute les nageurs et récolte les résultats.  Les inscriptions peuvent se faire directement par les clubs. Les athlètes en tant que tels ne peuvent, pour le moment, s’inscrire directement avec leur numéro de licence. Certaines fédérations comme l’Australie ont franchi le pas en permettant à leurs nageurs-ses d’accéder directement à un module d’inscription et de valider leurs participations aux épreuves du calendrier fédéral.

D’après vous quelles attentes ont les nageurs licenciés par rapport à la diffusion de leurs résultats, et des statistiques associées?

Je distinguerais deux points essentiels pour les nageurs : Le premier permettant l’accès à leurs résultats en Live auquel nous répondons grâce à la plateforme Live FFN qui est un module d’EXTRANAT.

Le deuxième axe concerne l’accès à un espace personnalisé du nageur-se avec l’accès à l’historique des perfs et aux statistiques. Nous ne sommes pas encore dotés de ce type d’outils qui proposeraient à nos licenciés de créer un compte sur notre page. Je pense que les nageurs attendent aussi des applications proposant des infos sympas et « fun » autour de la performance.

Quelles sont, selon vous, les clés de la fidélisation des licenciés ?

La principale variable observée pour fidéliser nos licenciés passe par la qualité de prestation fournie par les clubs qui jouent LE rôle central avec l’appui de moyens fédéraux. Le développement de nouvelles pratiques, liées à la nage en environnement divers permet de retenir également un certain nombre de nageurs.

En dernier lieu, les services annexes fournis par la fédération semblent fonctionner pour créer une relation forte entre la fédération et les nageurs comme la création et la digitalisation des performances ou la diffusion de contenus techniques via des applications telles que Swimming Heroes ou Mycoach TV.

Et sur le plan de l’acquisition des licenciés ?

La diversification des pratiques encore une fois avec par exemple la nage en eau libre, la nage en milieu glacé, en mer, en lac… Toutes ces nouvelles pratiques référencées dans le catalogue de pratique du giron fédéral sont vouées à accroître la diversité de profils de nageur-e de la fédération pour son plus grand bien en termes de volume de cotisations.

 

N’hésitez pas à vous rendre sur notre blog Kapp10 pour découvrir d’autres actualités. 

Retour haut de page